EnglishFrench

Radio Immo, 30 avril 2019 – L’immobilier et les réseaux sociaux

Introduction par Jean-Jacques OLIVIE

Aujourd’hui, nous allons parler de l’immobilier et des réseaux sociaux. Qu’on soit un professionnel de l’immobilier ou même un organisme représentatif des professions immobilières, peut-on vivre sans Linkedin, Viadeo, Facebook, Youtube, Twitter, Instagram et j’en passe …?

On sait tous que ces réseaux sont pétris de Fake News mais doit-on en rester éloigné ou au contraire en faire une stratégie du développement de son entreprise. Que cela soit pour : développer son réseau, faire valoir son expertise, partager des informations, recruter de nouveaux clients ou partenaires ou pour s’informer :

  • Comment s’y prendre ?
  • Doit-on être accompagné ?
  • Peut-on rattraper son retard ?
  • Quel budget ?
  • Quel est le délai efficace d’intervention ?

Avec nous pour en parler, Oriane Sossah, Directrice de Concilium : Oriane Bonjour ! Concilium est une société spécialisée dans le numérique. Vous accompagnez des institutions, des associations et des entreprises que ça soit dans le conseil, la production mais aussi l’animation et la stratégie d’influence. Malgré le jeune âge de cette entreprise et de ses dirigeants votre track record est déjà impressionnant : de groupes nationaux à des entreprises de toutes tailles en passant par des fondations, des cabinets d’avocats, des députés, des sénateurs et bien sûr des agences immobilières.

Vous-même Oriane : après un parcours juridique en droit public vous faites une école hôtelière qui vous ouvre la porte de certains palaces : le Ritz Paris, le Shangri-la Paris, l’hôtel du Parc Beaumont. Vous avez travaillé avec le célèbre chef 3 étoiles Yannick Alléno … Lauréate de concours de création et de concours d’excellence, vous êtes passionnée d’art et de culture.

 

 

L’interview

Comment fait-on quand votre entreprise à 20 ans d’existence et que vous avez regardé les réseaux sociaux de très loin ? Peut-on rester toujours éloigné sans risquer une baisse d’activité ?

Oriane SOSSAH : Je pense que les réseaux sociaux ont réellement un impact sur le quotidien de la population. Depuis peu de nombreuses études ont prouvé que les réseaux sociaux bouleversent les modes de vie. Les internautes s’inspirent des réseaux sociaux pour la décoration, les voyages, mais aussi pour savoir où manger ou pour savoir quels produits de beauté acheter… Ces changements de comportements sont également favorisés par les influenceurs, qui font la promotion de produit avec “transparence” afin de réellement conseiller le client. Selon moi, il est indispensable de prendre le wagon en marche que l’entreprise ait 20 ans ou 2 jours !

Finalement, ce que vous dites c’est qu’aujourd’hui, on ne sait pas prendre de décision aujourd’hui sans consulter les réseaux sociaux, on ne se contente plus de son cercle familial, amical ? On va beaucoup plus loin, on veut savoir ce que pense la population autour de nous ?

Exactement ! Quand on sait que 58% de la population française est active sur les réseaux sociaux, on ne peut négliger ces nouveaux modes de communication. Cela passe par son voisin qui poste sur les réseaux sociaux le restaurant dans lequel il a mangé.  Aussi, lorsque je souhaite manger dans un restaurant aux alentours du quartier dans lequel je me trouve : je n’ai qu’à consulter les réseaux sociaux.

Mais si je veux acheter un appartement dans un quartier en particulier, c’est très concret, je connais le quartier dans lequel je souhaite m’installer. Pourquoi est-ce que je regarderai les réseaux sociaux afin de faire des investissements immobiliers ?

Ils peuvent être des aides pour connaître le terrain, les prix. On va aussi peut être chercher du conseil, un agent immobilier peut également y gagner en visibilité, développer son image de marque, élargir sa communauté et bénéficiez de retours d’expériences. Les réseaux sociaux peuvent donc être des outils très pratiques car ils permettent un rapport direct avec le client. Parfois, les agents immobiliers sont pris par le temps lorsqu’ils doivent rappeler des clients par exemple, et le réseau social peut l’aider à simplifier son rapport avec le client.

 

En fait, il y a des questions relatives à l’investissement en lui-même mais il y a un tas de vies satellitaires autour de cet investissement. On cherche à bénéficier d’expériences etc… Cela concerne donc le consommateur. Pour le professionnel, voyons maintenant quelques chiffres. Le RS le plus utilisé dans l’immobilier est Facebook à 35% suivi de Linkedin à 20% et twitter à 15% … Cet équilibre de répartition est-il le même dans les autres secteurs d’activité ?

Effectivement, ces réseaux correspondent bien à l’immobilier. Pour le reste, l’ordre reste quasi identique. Le premier utilisé en France reste Youtube, donc de la vidéo, 78% des internautes utilisent Youtube. Facebook, est légèrement derrière avec 74% des internautes. Youtube reste un support particulier car il est exclusivement réservé à la vidéo et donc peut être pas le plus adapté à l’immobilier. Facebook est donc tout à fait adapté pour les métiers de l’immobilier.

Pensez-vous que ce sont les métiers de l’immobilier qui ne se sont pas adaptés à ces nouveaux modes de communication ?

La réponse est sûrement entre les deux. La stratégie de contenu est très importante pour Youtube,. Produire un contenu qui ne serait pas adapté à sa cible, pas adapté à Youtube, serait une perte de temps. Faire une vidéo pour faire une vidéo n’a pas d’intérêt. En revanche, faire une vidéo afin d’intéresser certaines personnes en leur faisant découvrir un quartier qu’elles ne connaissent pas, par exemple un arrondissement de Lyon. Le contenu lié à l’information et à la communication peut être très bénéfique pour les agents immobiliers.

Ensuite, après Facebook vient Instagram en France. Instagram est suivi par Snapchat qui est un réseau particulièrement utilisé par les jeunes : les moins de 18 ans jusqu’à 25 ans. Ensuite, vient Twitter qui est un réel relai d’information immédiat dû à son format très court. Cela en fait un bon réseau social à utiliser entre professionnels car il peut consolider une communauté. Vient ensuite Pinterest, qui est beaucoup lié à l’image, à la décoration, c’est plutôt de la slow communication, consommation douce et plus lente du réseau social.

Enfin, vient Linkedin en septième position qui est un réseau tout à fait adapté aux professionnels et qui peut être intéressant pour les professionnels de l’immobilier tourné vers le commercial si ils font des baux par exemple, ou qu’ils cherchent à diffuser leur carnet d’adresses sur un domaine ou un segment particulier comme des boutiques par exemple.

On doit donc identifier les bons réseaux de distribution, on va s’adresser à un professionnel afin de connaître les meilleurs vecteurs pour son secteur d’activité, mais ensuite : comment mesure-t-on l’efficacité de ce que l’on fait ? 26% des entreprises de l’immobilier présentes sur les RS suivent l’efficacité de leur action sur ces médias. Comment cela se mesure-t-il ?

Comme pour toute campagne de communication, il faut des objectifs et savoir comment les calculer ? Le reach est la couverture d’une campagne, d’un site ou d’un réseau publicitaire. Pour une campagne, c’est le pourcentage d’internautes ou d’individus appartenant à la cible et qui ont été exposé à une annonce au moins une fois pendant la campagne.

Pour un site ou un réseau, le reach est la part de la population internaute touchée par le site ou réseau sur une période donnée. Par exemple, je souhaite que CONCILIUM touche 10% d’agents immobilier. Je sais que ma campagne a touché 1000 personnes, combien d’entre elles sont des agents immobiliers ?
Cela nous permet de vraiment mesurer l’avantage des réseaux sociaux face aux mass médias : on peut savoir combien de personnes ont été touchées et combien de fois.

Quelle est la meilleure stratégie de prise de parole sur les RS entre : stratégie ambassadeur de marque, stratégie compte de marque (48%) stratégie mixte ?

La stratégie dépend beaucoup de la cible. Concernant la cible : la communication s’adresse-t-elle au B2B ou au B2C ? En B2B, l’image de marque est souvent la plus adéquate. En B2C, la stratégie mixte est la meilleure, mais elle passe souvent en premier lieu de la stratégie ambassadeur de marque.

Les RS ne donnent-ils pas plus de pouvoir aux clients ? Qu’est-ce que les agents immobiliers doivent craindre ?

Je ne pense pas que les RS doivent être associés à des craintes. Il faut savoir s’adapter en fonction de son business. Établir une stratégie adaptée est le plus difficile. Il faut aussi bien comprendre que la cible sur les réseaux sociaux n’est peut-être pas la même que notre clientèle.

 

Il faut donc identifier nos objectifs. Est-ce que je suis sur les réseaux sociaux pour développer mon réseau ? Faire valoir mon expertise ? Doit-on segmenter tout cela ou peux-t-on les combiner ?

Pourquoi ne pas mettre en avant les belles maisons que vous vendez en mêlant votre passion pour la décoration ? Ou en créant du contenu sur les villes dans lesquelles vous vendez vos maisons ? Il faut savoir se diversifier et être créatif pour offrir du contenu qui intéresse.

Comment est-ce que l’on peut faire pour se démarquer de la concurrence sur les réseaux sociaux ?

Les réseaux sociaux permettent d’adopter un autre ton, et de faire parler son originalité. Cela peut être le fait d’avoir un terrain, d’être parisien… Il faut mettre en avant son individualité. Par exemple, j’aime la décoration et je souhaite mettre cela en avant. Ou je suis fière de ma ville et je vais la mettre en valeur. Ce qui est très bien également est de donner du conseil, des astuces pour consolider une communauté. Cela aide à faire la différence sur un nouveau mode de communication.

Comment peut-on rattraper son retard sur les réseaux sociaux ? Est-ce possible ?

Tout d’abord, il faut définir ses objectifs :

  • Qu’attendez-vous des RS ?
  • Quel RS choisir ?
  • Quelle présence ?
  • Quel ton ?
  • Quelle image ?
  • Quel contenu ?
  • Quelle cible ?

Puis, il faut créer ses pages et ses contenus. Ensuite, les animer, c’est souvent la partie la plus chronophage, mais elle est indispensable. Les RS doivent vivre pour être efficace. Alors, n’hésitez pas à être accompagné ou à recruter en interne une personne compétente.

 

Comment définir une stratégie de réseaux sociaux ? Quel peut-être le budget ?

Il n’y a pas de secret pour établir une stratégie. Il faut utiliser différents outils, établir des KPI pour mesurer ses performances, connaître sa cible et pouvoir qualifier son audience.

Cela dépend de votre retard et de vos besoins. La création d’une stratégie et sa mise en place oscillent entre 1500 et 5000 euros. Concernant l’animation, tout dépend du nombre de compte à gérer. Cela peut aller de 300 à 1500 euros par mois.

Concernant les campagnes publicitaires, les prix varient beaucoup en fonction de la cible, la fourchette basse serait autour de 500 euros par mois à beaucoup plus pour une couverture internationale multicanale telle que nous la connaissons pour les grandes marques.

 

Un dernier mot

Message aux auditeurs par Jean-Jacques OLIVIE : nous espérons que vous avez compris que même si vous n’êtes pas encore lancé sur les réseaux sociaux, il n’est pas trop tard et il est important de s’appuyer sur des structures telles que CONCILIUM pour ce faire accompagner car il faut définir une stratégie globale à définir ! Des spécialistes sont là pour vous aider !

Si cette interview vous a plu et que vous souhaitez en lire davantage concernant les réseaux sociaux : découvrez notre article traitant de la publicité sur les réseaux sociaux.

Recherche
Réseaux-Sociaux
Newsletter