ESCEN1

Réussir son hackathon à l’ESCEN

Dans le cadre de notre partenariat avec L’ESCEN (École Supérieure de Commerce et d’Économie Numérique), nous avons organisé notre premier « Digital Business Hackathon » la semaine du 12 novembre 2018.

Qu’est-ce qu’un « Digital Business Hackathon » ?

Répartie en 5 équipes de 4 étudiants, la classe de Bachelor 3ème année a été soumise à une semaine intensive. Objectif : répondre à une problématique numérique choisie par Oriane Sossah, directrice générale de CONCILIUM et intervenante à l’ESCEN depuis 2018.

Grâce à ce dispositif innovant, les étudiants ont l’occasion d’intégrer l’entreprise. Le but est de réfléchir et de proposer des solutions inédites sur une thématique donnée.

« Initialement, le mot hackathon désigne un événement où un groupe de développeurs volontaires se réunissent pour faire de la programmation informatique collaborative, sur plusieurs jours. L’atout de l’ESCEN est que les étudiants ont une compétence en tech et en business. Ainsi, ils sont à même de répondre à des problématiques que CONCILIUM traite dans l’entreprise. Selon moi, il s’agit d’un processus créatif qui contribue à l’innovation dans le domaine numérique. Nous allons évidemment nous inspirer de leurs travaux pour répondre à des questions stratégiques globales » Oriane Sossah

Nous retrouvons ce phénomène des Etats-Unis à la France et dans de nombreux pays du monde. Des sessions de Business Hackathon ont lieu toute l’année, sur chaque campus de l’ESCEN. Les étudiants de l’ESCEN se mobilisent et accompagnent startups et entreprises dans le développement de leur stratégie.

Selon, Cédric Bouvier, responsable de l’ESCEN Paris, école de commerce à Paris, le Digital Business Hackathon « est une spécificité propre à l’ESCEN, qui est possible grâce à notre proximité avec les entreprises que ce soit à travers nos intervenants, les projets, les stages ou encore l’alternance. Dans cet esprit, nous organisons chaque année un Digital Business Hackathon. Pour chaque édition, une promotion d’étudiant est challengée par une entreprise sur une problématique web. Soumis à un premier contact professionnel, les étudiants doivent alors ouvrir leur boîtes outils, faire appel à l’ensemble de leurs compétences pour proposer la réponse la plus pertinent ».

Et le vainqueur est…

À l’issue de cette semaine, nous avons félicité l’équipe de Alexis, Hugo, Jennifer, et Kiéran, qui ont réussi avec le plus de brio le challenge. Les autres membres de la promotion ont également apporté des solutions innovantes et donné le meilleur d’eux-mêmes.

Nous espérons chez CONCILIUM avoir l’occasion de l’organiser chaque année avec l’ESCEN pour continuer d’être au cours de l’innovation numérique.

hotels_digitalisation

Hôtels : comment répondre aux enjeux de la digitalisation ?

 

Le secteur de l’hôtellerie a subi un changement des habitudes de consommation de ses clients depuis l’arrivée des plateformes d’organisation de voyage. Face à cette forte concurrence, comment mettre en place une bonne stratégie B2C ?

Faire face à la concurrence grâce à la présence digitale hôtelière

TripAdvisor, Booking.com, Trivago, Kayak… Toutes ces plateformes occupent une place importante sur le marché des réservations hôtelières et empêchent le secteur hôtelier de s’épanouir de manière autonome. En effet, chaque plateforme prend une commission de 17 % en moyenne sur le montant d’une réservation. Le problème est de taille pour le secteur hôtelier. Au delà de faire face à un coût financier , l’hôtel doit également trouver le moyen d’augmenter le nombre de ses ventes en B2C.

En misant sur le digital, cela permet aux hôtels d’avoir une meilleur visibilité et de favoriser l’accès direct de la clientèle au réservation et aux informations de l’hôtel.

Pour répondre aux enjeux, il est nécessaire de mettre en place un site internet, soigner sa e-réputation et se démarquer de la concurrence.

1- Mettre en place un site internet pour avoir une visibilité de qualité

Les premières recherches sur un lieu se font principalement sur internet : il est primordial pour l’hôtel d’avoir un site accessible et ergonomique qui soit fidèle à l’identité de ce dernier.

Il est fréquent que les consommateurs comparent les prix sur les plateformes d’organisations puis se rendent sur les sites officiels afin d’y obtenir plus d’informations sur l’hôtel.
Attirer l’œil du client avec un graphisme original permet de garder le contact et de favoriser sa réservation via le site de l’hôtel.
L’ergonomie d’un site est essentielle, en moyenne 50 % des ventes sont perdues si les consommateurs ne trouvent pas les informations qu’ils cherchent sur une page d’accueil.

2- Soigner sa e-réputation par les réseaux sociaux

La présence sur les réseaux sociaux devient indispensable pour gérer quotidiennement la e-réputation des établissements hôteliers.

Tout d’abord, Google met en place plusieurs fonctionnalités pour permettre aux établissements d’être référencé sur la carte mais également d’exploiter Google My Business afin d’y configurer les horaires, visuels… Ces fonctionnalités peuvent permettent de favoriser l’accès aux hôtels en fonction des localisations des consommateurs.

Le réseau clé du secteur hôtelier est évidemment Facebook. Avec 2,2 milliards d’utilisateurs actifs dans le monde, Facebook offre un nombre de clients potentiels importants à condition d’y animer sa page et d’interagir avec sa communauté pour donner envie aux clients de venir dans son hôtel.

Enfin, Instagram peut également permettre de soigner la e-réputation de l’hôtel en publiant des photos diverses : de l’hôtel, des déjeuners qui y sont proposés, des activités à faire autour de l’hôtel…

Faire découvrir l’univers de l’hôtel à travers différents moyens de communication permet également de présenter les divers services de l’hôtel et d’approcher plusieurs centres d’intérêt et leurs communautés.

3 – Se démarquer pour mieux régner

Dans le monde actuel, les avis des consommateurs comptent énormément dans la prise de décision des nouveaux clients : articles de blogs concernant les lieux à visiter aux alentours de votre hôtel, avis des influenceurs…

Pourquoi ne pas proposer une communication pré-séjour de qualité pour se démarquer ? N’oublions pas que le professionnel est le plus qualifié pour répondre aux questions concernant l’hôtel dans lequel il travaille.
Mieux informer le client sur les conditions de son séjour dans l’hôtel peut être une offre attractive pour le client et bénéfique pour l’hôtel. En effet, l’hôtel peut ainsi conseiller son client et lui proposer des offres complémentaires ou additionnelles comme par exemple le repas en plus du petit-déjeuner.

Les enjeux de la digitalisation comportent : site internet, réservation en ligne, réseaux sociaux. de nouvelles compétences à maîtriser en interne ou bien en externe.

Concilium propose des services afin d’accompagner les hôteliers à développer leur chiffre d’affaires grâce à la présence digitale : création de site, charte graphique, référencement, community management, création de newsletter, assistance…

photo-1489528792647-46ec39027556 (1)

Les chiffres clés du e-commerce

 

Le e-commerce ne cesse d'augmenter et selon les estimations la tendance va se poursuivre.

L'intérêt est pour les consommateurs : un marché plus vaste et donc des produits qui répondent au mieux à leur besoin. Pour les entreprises : vendre plus et au plus grande nombre.

 

ballon-content

Avis client et notation des entreprises : que faire

Quand l’avis client est roi

À l’heure où toute information concernant un produit ou un service est trouvable sur la Toile, mieux vaut préserver sa e-réputation et considérer les avis clients. Zoom sur les bonnes pratiques.

Il s’agit d’un réflexe bien de notre temps, que partage une large majorité des consommateurs modernes : se rendre sur Internet et « checker » les impressions et commentaires laissés par ses prédécesseurs. Qu’il s’agisse d’acheter du matériel hi-Tech, de se rencarder sur un tour operator ou de faire confiance à une banque, lire les avis clients semble être un passage obligé avant de passer à la caisse, que l’on souhaite acheter en ligne ou non, d’ailleurs. Du coup, les marques l’ont compris : pour séduire le prospect et l’inciter à franchir le pas, maîtriser sa e-réputation passe par une connaissance accrue des avis clients et une exploitation de ces renseignements.

smugglers-lair-491202-unsplash

RGPD | EP. 5 – Le DPO – le délégué à la protection des données

Le RGPD pose les règles concernant la désignation du DPO (Data Protection Officer, ou délégué à la protection des données).

Le délégué est chargé de mettre en œuvre la conformité au règlement européen sur la protection des données au sein de l’organisme qui l’a désigné s’agissant de l’ensemble des traitements mis en œuvre par cet organisme. Sa désignation est obligatoire dans certains cas. Un délégué, interne ou externe, peut être désigné pour plusieurs organismes sous conditions.

Il est nécessaire de désigner un DPO uniquement dans les cas suivants :

  • si votre organisme est une autorité ou un organisme public,
  • si votre organisme à des activités de base amenant à effectuer un suivi régulier et systématique des personnes à grande échelle,
  • si votre organisme à des activités de base amenant à traiter à grande échelle des données « sensibles » ou relatives à des condamnations pénales et infractions.

Des données sont sensibles au sens du RGPD si elles ont trait à l’origine raciale ou ethnique, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses, l’appartenance syndicale, la santé ou la vie sexuelle de la personne.

Dans le cas ou cela n'est pas obligatoire, la désignation d’un DPO est une recommandation puisqu’elle permet de confier les problématiques liées à la mise en place du RGPD à une personne experte.

Le profil du DPO

L’article 37.5 du RGPD précise ses compétences ainsi, le DPO a des « connaissances spécialisées du droit et des pratiques en matière de protection des données". Il faut également que soit les moyens (matériels et organisationnels, des ressources et du positionnement) soient mis à disposition afin de lui permettre d’exercer ses missions.

Il peut être localisé dans l’Union Européenne ou en dehors, du moment qu’il est capable d’exercer sa mission de contrôle des traitements de données.

Le rôle du DPO

Les missions du DPO consistent à assurer de la conformité en matière de protection des données au sein de son organisme. Il informe et conseille le responsable de traitement ou le sous-traitant, ainsi que leurs employés.

Il contrôle le respect du règlement et du droit national en matière de protection des données. Il conseille l’organisme sur la réalisation d’une analyse d'impact relative à la protection des données et d’en vérifier l’exécution.

Enfin, il sert de point de contact avec l’autorité de contrôle, à qui il pourra demander des conseils sans se soucier de la confidentialité des opérations de traitement.

La protection du DPO

Le DPO ne pourra pas être relevé de ses fonctions ou pénalisé par le responsable du traitement ou le sous-traitant pour l’exercice de ses fonctions.

En outre, le DPO ne peut être jugé responsable en cas de non-respect du RGPD par le responsable du traitement ou par le sous-traitant. Il n’est pas même possible de transférer au délégué à travers une délégation de pouvoir, la responsabilité ou les obligations propres à ceux-ci.

Comment désigner le DPO

Si un DPO est désigné, l’information est transmise à la CNIL par le biais de ce formulaire (lien). Le délégué entrera en fonctions le 25 mai 2018, tandis que le CIL (correspondant informatique et libertés) sera de facto démis des siennes, sans formalité à effectuer.

Le RGPD entre en vigueur très prochainement - le 25 Mai.

CONCILIUM vous accompagne en cette période d'évolution juridique. Découvrez notre offre RGPD.

NDLR : Cet article n’équivaut pas au conseil juridique d’un praticien du droit. Il s'agit de bonnes pratiques mises à votre disposition.

marketing-identités-sociales

Identités sociales outrepassées par le marketing

Prospects informés, protégés, et identité sociales multiples : multiplier les points de contact ne suffit plus.

Le parcours client idéalisé, et parfois automatisé, se heurte à un consommateur averti, protégé et aux identités sociales multiples. Un défi de plus pour le marketing qui subit déjà une vague d’automatisation, de spécialisation et de centralisation.

Personnalités et identités sociales multiples

Nous avons tous des identités sociales multiples (religieuses, sportives, régionalistes, etc.) et chacune d’entre elles influence notre comportement d’achat. L’identité est soit choisie (une posture), soit involontaire influencée par le contexte ou l’environnement. Les réactions d’un individu ne seront pas les mêmes selon le contexte qui l’habite lors de sa décision. D’autres aspirations et pulsions guideront l’individu. Ce en fonction de la facette dominante de sa personnalité du moment, ou de la façon dont il se représente (rêve) face aux autres. Par exemple, le désir d’acquérir la panoplie du fan de foot ne sera pas la même à la pause déjeuner en semaine qu’à la veille d’un grand match. Ou que faire de retour à Paris de ces magnifiques chemises colorées achetées lors de votre voyage au Cap Vert l’été dernier !? Retour à la réalité ou plutôt retour à votre environnement naturel…

Contexte et environnement sont déterminants dans le parcours client.

De plus, ces identités sociales se radicalisent au sein et sous l’influence des communautés. Les représentations collectives pèsent sur les représentations individuelles. L’individu subit un effet « dissonance cognitive », qui nous enseigne que, lorsque l’on agit en contradiction avec ses convictions, la tension qui en résulte modifie plus souvent les convictions que les actions. L’effet de meute pourra modifier notre comportement par désir d’adhésion à un groupe, ou par besoin de projeter une identité.

Le marketing moderne est ainsi anthropologique, psychologique, sociologique…

Lire l’article sur forbes.com[vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_separator css= ».vc_custom_1539253509562{margin-top: 25px !important;margin-bottom: 25px !important;} »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column column_center= »true » text_align= »center » width= »1/6″][vc_single_image img_size= »full » image= »2112″ align= »center »][/vc_column][vc_column column_padding= »custom-padding » column_custompadding= »0px 20px 0px 0px » column_center= »true » width= »5/6″][vc_column_text el_class= »infosAuteur »]

Concilium Digital

CONCILIUM attache une grande importance à la réalisation de vos projets numériques, tout en optimisant les budgets, vos attentes et les délais.

Développez votre potentiel & prenez part à la transformation digitale[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

couleur

La couleur : votre meilleure alliée en web design

Découvrez les tendances d’usage de la couleur en web design

La couleur est un élément de design essentiel visible au quotidien, notamment sur un site internet ou sur une application mobile.

Tous les ans, de nouvelles prédictions de tendances design surgissent, et pas une seule ne manque d’évoquer la couleur. Les designers utilisent la couleur de façon stratégique et audacieuse. Elle vise parfois à attirer le regard sur un point particulier, permet de raconter une histoire, et occasionnellement à améliorer l’expérience visuelle de la marque.

Découvrons ces exemples (article en anglais)

stratégie digitale

Une stratégie digitale définie pour une entreprise à succès

Le digital favorise la création d’activité.

On ne compte plus les impacts de la révolution numérique. Tous les secteurs sont concernés par la transformation digitale. Nos modes de vie et nos façons de travailler se réinventent sans cesse. Le télétravail est devenu  » normal « . Chaque jour se créent de nouvelles startups. Des centaines de personnes souhaitent changer de vie et deviennent leur propre patron.

Notre société a donc évolué et permet désormais à chacun de se lancer, de créer et développer son activité, en s’appuyant notamment sur les nouvelles technologies. Certes aujourd’hui tout cela est facilité, mais la concurrence est devenue, de fait, encore plus rude. Il est donc essentiel lorsqu’on souhaite devenir son propre patron de prendre le temps de poser les bases de sa future activité, en construisant un business plan mais aussi en définissant sa stratégie digitale.

experience-client

4 choses à savoir pour entreprendre la refonte de son expérience client

Vos futurs clients vivent déjà tous les jours des expériences digitales signifiantes avec d’autres marques, pourquoi choisiraient-ils votre entreprise ? L’expérience client est devenue le socle de la transformation digitale, voici 4 informations clés à connaitre pour s’attaquer à ce gros chantier en entreprise en 2018.

Explications

À une certaine époque, on apprenait en cours de « marketing » qu’un client satisfait en parlait à 2 ou 3 personnes autour de lui quand un client mécontent en parlait à 10. Aujourd’hui ce n’est plus avec 10 personnes qu’il peut partager son mécontentement, mais des milliers.

Cette évolution des mœurs est souvent avancée par les prophètes du marketing comme lié à la génération de l’acheteur lambda BtoB ou BtoC. Il y a bien un rajeunissement des décideurs, mais globalement la problématique vient également de la globalisation du tissu économique pour la gestion de l’expérience client.

Lire la suite sur Siècle Digital.fr

Facebook

Linkedin

YouTube

Contact

CONCILIUM_logo_white

CONCILIUM attache une grande importance à la réalisation de vos projets numériques, tout en optimisant les budgets, vos attentes et les délais.

Notre newsletter

Vous affirmez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinscription ou en nous contactant à l’adresse desinscription@concilium.digital

Copyright 2018 CONCILIUM ©